Il neigeait.

Elle n’avait que six ans.
Chacun de ses petits pas provoquaient un léger crissement, lequel était toutefois un vacarme face au silence glacé et majestueux qui régnait.
Les rues, les voitures et les maisons étaient couvertes d’un épais manteau blanc qui laissait flotter dans l’air une odeur de vacances et de luges avec les copains


Plutôt petite et menue pour son âge, son visage était tout rond. Elle avait de jolis yeux bruns en amande, à moitié cachés par sa chevelure, aussi noire que les nuits d’hiver les plus solitaires.
Elle marchait à pas de loups, pour ne pas alerter les proies imaginaires qu’elle traquait. Sûre de son coup, elle décida de se lancer à leur poursuite, telle une lionne enragée.
Elle s’arrêta brutalement en pleine course lorsque son regard se posa sur une petite tige d’arbre, fièrement gardée par trois cailloux qui peinaient à émerger de la neige qui recouvrait les lieux. Elle eut pitié d’eux. Elle les observa quelques instants, concentrée, avant de les recueillir dans la poche de son petit manteau douillet, au chaud.

Soudain, elle tomba à genoux, les deux mains au sol. Son petit corps se mit à remuer, à s’agiter tant bien que mal. Elle sut qu’elle allait devoir se donner comme jamais. La langue tirée, elle décida fièrement qu’elle y mettrait tout son énergie. Là, dans la neige, dans le froid, dans la rue, au crépuscule, elle se mit à donner naissance.
Elle n’avait que six ans.
Petit à petit, elle commença à suer. Ses cheveux humidifiés finirent par coller à son crâne, quelques gouttes ruisselèrent dans ses yeux, l’aveuglant brièvement, comme si son corps pensait que la tâche à accomplir n’était pas déjà assez difficile. Elle avait très chaud et ses mains glacées la brûlaient. Une grimace de douleur apparut sur son visage.
Mais le travail était commencé, il fallait donc le terminer.
Toujours seule, pourtant presque vidée de ses forces, elle redoubla d’effort. Ce fut la tête qui se montra la première, aussi blanche qu’une feuille qui attend son premier trait. Aucun cri ne fut poussé. Les soupirs d’effort devinrent de plus en plus fort, tous les muscles du corps se contorsionnèrent.
Alors, au prix de quelques râles et de soubresauts, le corps apparut, aussi blanc que le voile d’une robe de mariée. Dans un ultime effort, elle se redressa et contempla de toute sa minuscule hauteur l’exploit qu’elle venait d’accomplir.

Elle fouilla ses poches et en retira les cailloux et la tige de bois. Sur le visage si blanc, intact, elle plaça trois cailloux : deux petits, plutôt élancés, pour les yeux ainsi qu’un autre pour le nez, gros et plat puis elle tordit la tige et la disposa sur le bas du visage.
Elle n’avait que six ans lorsqu’elle eut son première enfant.
Pour sa venue au monde, il ne criait pas, ne pleurait pas. Au contraire, il arborait un sourire aussi pur qu’il était blanc.

Il neigeait.


Très courte nouvelle rédigée dans le cadre d’un concours de nouvelle sur le thème “Il neigeait”, dont la contrainte particulière est d’avoir moins de 3000 caractères.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :